AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Idiya O'ConnorPoufsouffle
Age : 21
Localisation : Londres

Les Détails
Double Compte: Eleonora Michaelis
Patronus: Un écran de fumée informe
Pouvoir/Objets:
MessageSujet: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert Dim 29 Nov - 19:32

Je marchais le long d’une rue perpendiculaire à la rue centrale de Pré-au-lard. J’avais profité de cette sorte pour me procurer les cadeaux de Noël nécessaires. J’avais trouvé un bloc de feuille à dessiner et une palette de pinceaux pour ma mère, un set de fioles colorée et de diverses formes pour mon père qui avait su partager sa passion avec moi. Pour mon frère j’avais opté pour une magnifique plus de paon et d’un encrier assortit ainsi qu’un carnet en cuir vierge, lui qui aimait écrire allait pouvoir s’en donner à cœur joie. J’avais décidé aussi de prendre quelques petites choses pour mes amis. Quelques confiseries pour Nina, un roman pour Aileen et des bijoux pour Elena. J’avais eu envie aussi d’offrir un petit quelque chose à Robert Fawley, mas j’avais séché sur la question. Je ne voulais pas créer de situation ambiguë, mais je voulais le remercier de son aide et de son soutien apporté ces deux dernier mois. C’était lui qui m’avait coaché en quelques sortes pour aller m’excuser auprès de Nina, lui qui m’avait soutenue lorsque j’avais quelques moments de faiblesse et lui aussi qui m’avait remise sur les pieds et réussit à changer les idées. Alors j’avais pesé à lui en effectuant mes achats, et je m’étais demandé ce qui lui ferait plaisir. Il adore les farces c’était une des premières choses à laquelle j’avais pensé… Mais je ne m’y connaissais pas assez bien pour savoir quel gadget choisir. Ne connaissant pas non plus ses goûts en sucreries j’avais aussi laissé tomber cette idée. Je savais qu’il était un étudiant brillant en sortilège j’avais donc essayé de trouver un livre de sort original, mais dans la librairie principale rien n’avait su être à la hauteur. J’avais donc décidé d’aller dans une autre librairie qui faisait des fins de stock, des ventes de secondes mains, des échanges de livres et aussi la réparation de vieux livres endommagés. J’y avais trouvé mon bonheur dans un vieux grimoire d’attend de 1896 et qui décrivait comment se déroulaient les essaies de certains nouveaux sort. L’Europe entière avait connu une évolution économique et le monde de la magie avait suivi avec une évolution en matière de sortilège dans beaucoup de branches. Même si se livre ne lui apprendrait peut être pas de nouveaux sorts, j’espérais qu’il le trouverait intéressant.

Il était 3heure de l’après-midi quand j’étais rentrée dans la boutique et dehors malgré le ciel couvert il faisait encore clair. Maintenant il était dix-sept heures passé et le ciel était devenu sombre. Il n’y avait pas de neige c’était déjà ça, mais le vent chassait dans la ruelle de laquelle je venais. J’avais eu une légère bouffée de panique en sortant du magasin en voyant la ruelle sombre, mais au final je m’étais calmée en me répétant que j’étais à pré-au-lard, en sécurité, qu’il me suffisait de marcher au bout de cette ruelle, de tourner à droite et de marcher au bout de la seconde ruelle et de tourner à gauche pour me retrouver dans la rue perpendiculaire à la rue centrale.

J’arrivais actuellement au bout de la première ruelle et j’étais sur mes gardes. Je gardais un pas rapide et assuré mais intérieurement mon cœur battant rapidement et lourdement, mes oreilles bourdonnaient légèrement et je me sentais fragile et sans défense. Petit à petit je croyais déceler un mouvement dans chaque ombre. Le pire dans tout ça était que c’était un quartier qui abritait quand même quelques boutiques mais vu l’époque tout le monde fermait plus tôt à cause du froid et de la pénombre. Comme quoi je n’étais pas la seule effrayée. Je venais de bifurquer dans la seconde ruelle, me répétant encore et encore qu’au bout je serais enfin dans une rue face à la grande rue, presque en sécurité. Je ne faisais plus vraiment attention à ce qui m’entourait fixée sur mon bout. L’angoisse grandissait doucement en moi, mais j’essayais de me contrôler. Déjà il n’y avait pas de crise de larmes et je n’étais pas tétanisée non plus. C’était un bon début. Je continuais de marcher d’un pas rapide et décidé.

Vers la fin du milieu de la rue je sentis d’un cou une main se poser sur mon épaule. Mon sang ne fit qu’un tour et je poussais un hurlement strident en me retournant et me reculant violemment. Sous l’effet de la peur j’avais lâché mes achats et mon mouvement de recul m’avait fait perdre l’équilibre sur un de mes paquets. Je tendis la main pour essayer de me rattraper mais je n’étais pas vraiment consciente de mon entourage. Mon cœur battait la chamade et l’adrénaline courrait mes veines comme jamais.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert Dim 15 Mai - 15:23

L'avantage quand on vivait dans une famille assez riche, c'est qu'on avait les moyens pour faire de beaux cadeaux de Noël. Seulement, Rob n'avait jamais été une personne qui profitait de l'argent de ses parents, du moins tant qu'il n'en avait pas réellement besoin. Il aurait pu acheter à peu près tout ce qu'il souhaitait sans même prêter une seule seconde, attention aux prix qui étaient affichés. Le plus dur donc pour le Gryffondor, c'était de trouver assez de cadeaux pour tout le monde. Marchant dans la rue, sous un froid qu'il aimait, Fawley était en train d'établir une liste des personnes à qui il allait offrir un cadeau. C'est quand il arriva au niveau des Trois Balais, qu'il se rendit compte que l'argent de ses parents lui serait alors très utile. La liste comprenait déjà son père; un magnifique livre sur les dragons, serait parfait pensat-il. Pour sa mère, c'était déjà bien plus difficile. Déjà qu'il ne partagais pas grand-chose avec sa génitrice, le moment de faire des cadeaux était toujours très tendu. Pour ces soeurs, il offrirait comme chaque année des bijoux ou des vêtements. Il assurerait toujours le coup comme ça, n'ayant pas de petite amie assez longtemps pour savoir ce qui pouvait plaire aux filles comme cadeau. Son petit frère aurait en revanche le droit à des places pour aller voir la coupe du monde de quidditch en France. Aller voir l'Écosse battre les Anglais, c'était un rêve pour les deux garçons de la famille. Idriss et James auraient, eux, le droit à de l'alcool moldu, rentrer en douce dans l'enceinte du château.

Si aucuns objets moldus ne devaient passer normalement à Poudlard, Rob avait trouvé une méthode assez simple : la Forêt Interdite. Même si les barrières magiques étaient présentes tout autour du château, ce n'était pas forcément le cas de partout dans la fôret. Mais il était quand même assez dangereux de prendre un tel risque pour un butin aussi pauvre. Il savait aussi qu'il risquait bien plus gros qu'une simple retenue. Le pas rapide, il commença donc ces achats. Il n'aimait vraiment pas faire les magasins, c'était un passe-temps qui n'était pas du tout de son goût et il aurait même presque eu envie de donner de l'argent à une personne pour qu'elle le fasse pour lui. Assez charger, il avait eu la bonne idée de prendre le sac à dos magique que son oncle lui avait offert, une création très personnelle au goût de Rob. Son oncle avait toujours été un grand soutien pour lui, peut être même plus que son propre père. Même si ses parents avaient toujours été ouvert et gentil avec lui, ils n'avaient jamais eu la relation qu'il avait avec son oncle, c'était très certainement dû au fait qu'il était le 4ème enfant de la famille.

Il ne s'était pas rendu compte mais, il avait passer la matinée et même le début d'après-midi dans les magasins. Il s'affaira alors à remonter la rue pour aller boire une cervoise et manger un peu, il retournerait ensuite à Poudlard. Tournant la tête de temps en temps pour regarder les boutiques, il vit au travers d'une vitrine une tête connue. Celle d'Idiya. Elle aussi semblait être en plein achat de Noël et il ne voulait surtout pas la déranger pour autant. Il ne pu s'empêcher de sourire en la voyant. Rob savait très bien que les deux derniers mois qu'il avait passé en compagnie d'Idiya l'avait un peu changé, il se sentait partir dans les méandres des sentiments amoureux. Il ne savait pas pourquoi, ni comment mais, elle le laissait pas du tout indifférent. Seulement, elle était plus jeune et quoi qu'il arrive, ils seraient séparés l'année suivante et pour Rob, c'était un trop obstacle pour laisser une chose se passer. Il s'était juré de n'être qu'avec des filles à qui il pourrait tout apporter, sans barrière et sans problèmes. Il entra alors dans le bar, pensant encore à Idiya. Pour rien arranger, deux choses lui vint en tête : il n'avait pas de cadeau pour la jeune Poufsouffle. Il commençait à la connaître, elle aurait très certainement un truc pour lui. La deuxième chose était peut-être encore plus perturbante.

Assis au bar, il commanda une assiette d'un plat typique écossais et une bière brassée aux houblons magiques, elle était sensée aider à penser. Et pour penser, il le faisait. Des couples étaient un peu partout autour de lui, il se voyait bien à la place avec Idiya, mais pourquoi ? Pourquoi aussi rapidement et avec une fille qui était aussi différente de lui ? Il ne savait pas mais, au fur et à mesure qu'il prenait des gorgées, il avait l'impression de n'avoir en tête que les bonnes choses qu'il pourrait avoir avec sa famille, ses amis et Idiya. Rob savait que l'alcool normal pouvait provoquer ce genre de choses mais s'il était décuplé par une force magique, c'était encore mieux. Avec un large sourire, il prit une seconde pinte. A cet instant, il était bien, pleins de bonnes choses lui venaient en tête, il commença même à parler avec son voisin de bar qui était, selon ses dires, un émissaire français pour l'éducation des sorciers. Il avait toujours trouvé l'accent français très drôle. Sans même ce rendre compte, le soleil tombait doucement sur la ville des sorciers et il serait très certainement temps de rentrer au château. Remerciant le français, il parti, sac à dos bien installer. La lumière était faite maintenant seulement par les fenêtres, les lampadaires s'allumaient doucement, il aimait bien cette ambiance. Il regarda alors au loin, dans la rue et vit passer ce qui semblait être une ombre noire. Il se dit qu'il avait un peu trop bu mais, à quoi bon, il était majeur, il avait bien le droit après tout. Arriver au niveau du carrefour, il vit des traces de pas dans la neige, ce n'était donc pas une ombre.

Rob n'avait jamais peur et c'était dangereux, il n'avait pas vraiment la conscience du danger qu'il pouvait prendre et qu'il pouvait faire prendre aux autres. N'écoutant que la petite voix curieuse dans sa tête, il tourna dans la rue adjacente. Il faisait bien plus noir et il arrivait mal à voir. Il s'avança un peu plus profondément pour voir une silhouette. Il arriva assez rapidement à la personne. C'était Idiya. Il savait très bien qu'il allait lui faire une peur bleue mais c'était bien trop tentant. Il s'approcha alors doucement, assez proche mais, il ne lui fit pas peur en criant. L'odeur de la jeune fille le fit partir à nouveau dans une danse amoureuse, dans sa tête. Il posa alors sa main sur l'épaule de la demoiselle. Cri, lâchage de paquet, la totale en somme. En voulait ne plus lui faire peur, il l'avait fait quand même :

"Désolé Idiya. Je voulais te faire peur et finalement je l'ai pas fais parce que ... Bref mais, je t'ai fais peur sans le vouloir. Je sais pas pourquoi j'ai fais ça d'ailleurs, j'ai certainement trop mangé ou trop bu ... ou les deux. Même les fesses dans la neige, tu es belle. Mais encore une fois, c'est pas le propos et je crois que je vais arrêter là parce que je sais plus ce que je dis"

Visiblement, la bière était vraiment très bonne pour délier la langue de notre cher Rob Fawley.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Idiya O'ConnorPoufsouffle
Age : 21
Localisation : Londres

Les Détails
Double Compte: Eleonora Michaelis
Patronus: Un écran de fumée informe
Pouvoir/Objets:
MessageSujet: Re: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert Dim 15 Mai - 18:17

Mon hurlement avait dut réveiller les morts. Mais pour l’instant je m’en fichais un peut, trop apeurée. La chute fut brutale sur la neige froide qui n’amortissait en rien le choc sur les pierres dures. J’étais prête à lancer n’importe quel sort sur cet inconnu et hurler encore plus fort quand je reconnu Robert. Le robert Fawley à qui je venais d’acheter un cadeau de Noël. Je le regardais un air paniqué sur le visage alors qu’il débitait des paroles que mon cerveaux n’arrivait pas à déchiffrer tellement il était sous le choc. Tout ce qu’il savait faire était comprendre que Robert n’était pas une menace. Le foudroyant alors du regard je ne lui répondis même pas et me mis à hurler, sur le ton de la colère ce coup-ci sur lui.

« NON MAIS TU ES MALADE OU QUOI ? J’AURAIS PU FAIRE UN INFRACTUS BORDEL ! TU SAVAIS PAS FAIRE GRINCER TES CHAUSSURES OU MARCHER PLUS BRUYAMENT BORDEL FAWLEY ?! »


Je me laissais alors tomber en arrière dans la neige froide et pris ma tête entre mes deux mains alors que mes yeux étaient fermés. Le froid me fit reprendre pied avec la réalité. Je me relevais sur les genoux pour le coup. Heureusement que je portais un jeans et heureusement que je connaissais un sort de séchage ! Je m’emparais de mes paquets, raison pour laquelle je ne m’étais pas relevée directement entièrement, et foudroyais Robert du regard quand je vis que l’encrier pour mon frère s’était cassé.

« Tu peux être heureux que je connaisse un sort de réparation ! »


J’essayais de rester furieuse mais j’avais retenu qu’il avait lâché un compliment maladroit dans ses paroles. Paroles qui m’avaient semblées assez baragouinées ce qui ne lui ressemblait pas d’habitude. Et puis il avait un air un peu rêveur sur le visage qui lui allait plus tôt bien. Heureusement que je venais de ramasser un paquet en lui tournant le dos car mes joues avaient légèrement rougies à cette pensée. Une fois tous les paquets ramassés je me relevais. Tout en évitant son regard je marmonnais :

« Et tu peux être content que je sache lancer un sort pour sécher les vêtements, t’aurais été responsable de ma pneumonie dans l’autres cas ! »


J’avais bien fait attention à ce qu’il ne voit pas le livre que je comptais lui offrir et fut heureuse de voir qu’il n’était pas sorti de son sachet. Une fois tournée face à lui je fronçais cependant les sourcils. Maintenant que je n’étais plus sous le coup de la panique je remarquais qu’il avait l’air un peu trop rêveur.

« Est-ce que ça va ? »


Sentant alors seulement une légère odeur d’alcool émanant de lui je le regardais abasourdie.

« Ne me dis pas que tu es bourré ?! »

Ah bah c’était du propre ! D’un autre côté cela ne m’étonnais pas vraiment de lui. Pas que je la considère comme alcoolique mais bon il savait s’amuser du coup j’imaginais que l’alcool devait le connaitre et vice versa.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert Lun 16 Mai - 17:50

Rob savait qu'elle aurait une réaction comme celle-ci, c'était totalement obligatoire. Même si ça faisait peu de temps qu'ils se connaissaient vraiment, Idiya s'était montrée sous son vrai jour face au Gryffondor. C'était assez rare. Rob avait été assez surpris de voir qu'elle était en fait une fille indépendante et très forte. Après les soucis qu'elle avait eu par le passé, Fawley s'attendait à parler avec une fille assez folle et très méfiante. Elle semblait ne pas l'être du tout avec Rob et c'était tant mieux. Un sourire s'afficha sur le visage chaud de notre homme, il savait qu'il aurait pu avoir bien pire, quand on connaissait la facilité que la demoiselle avait avec les sortilèges. Rob n'aurait pas pu faire grand chose d'autre que de se laisser faire, non pas pour ne pas faire de mal à la demoiselle mais, surtout parce qu'il savait qu'elle était bien plus rapide que lui. Elle avait crié tellement fort que certains voisins, au loin, avaient sorti leurs têtes par la fenêtre. Une animation à une heure aussi tardive, c'était très rare à Pré-au-Lard, encore plus à l'approche de Noël.

Elle semblait avoir cassé un objet, certainement un cadeau qu'elle devait faire. Elle continua de l'incendier notant le fait qu'elle savant faire des sorts pour réparer ou bien pour sécher les vêtements qu'elle portait et qui devaient être à présent complétement mouillés. Rob en était désolé mais, c'était aussi très drôle de la voir comme ça. Il aimait voir dans son regard de la fausse colère, parce qu'il savait très bien qu'elle criait sur lui plus parce qu'elle avait eu peur, qu'elle n'était furieuse. La bière magique donnait à Rob, une chaleur assez étrange mais, loin d'être désagréable pour la saison. Et surtout, elle lui donnait des envies assez étranges, encore plus maintenant qu'il avait la fille de ses pensées devant lui. Il l'a regardait fixement, ne la lâchant pas des yeux, ne sortant aucun mot ni aucun son de sa bouche. Il 'était amoureux, c'était sûr. Enfin, le combat était en cour dans sa tête pour savoir si c'était bel et bien des sentiments ou si c'était simplement l'alcool, la magie, Noël et encore l'alcool. Surtout, l'alcool en fait.

Il fallu quelques secondes pour comprendre les deux phrases de la demoiselle. Comment elle avait fait, il ne savait pas mais, elle avait trouvé le fait qu'il avait bu. Mais c'était pas beaucoup pourtant, lui qui avait l'habitude du whisky pur mal écossais, l'une des meilleurs choses que les moldus savaient faire d'après lui. Jamais, après avoir bu aussi peu d'alcool, il avait été dans cet état et visiblement, les gens pouvaient le percevoir. S'il rentrait comme ça au château, il aurait certainement des gros problèmes mais, à l'instant, il n'en avait rien à faire, il regardait juste Idiya dans les yeux, il était content. Il ouvrit doucement la bouche pour commencer à répondre à la demoiselle. Vu sa dernière réponse, il ne savait pas très bien si son cerveau allait être plus rapide que sa conscience. Si ce n'était pas le cas, il sortirait une chose qu'il pourrait certainement regretter :

"Oui j'ai bu deux ou trois bières mais, je suis pas réellement bourré, juste que leur bière magique est assez folle. Ils font pousser du houblon entre certaines plantes magiques qui sont généralement utiliser dans ..."

Il coupa totalement sa phrase. Il prit comme une vague de souvenir dans la tête, des souvenirs de cours de potion de l'année précédente. Il n'avait jamais très bon en potion mais, il arrivait assez facilement à se souvenir de certaines recettes et notamment, celle du philtre d'amour. Une des plantes qu'ils avaient utiliser pour en préparer, poussait justement entre les houblons de la bière qu'il avait bu durant l'après-midi, c'était d'ailleurs pour ça qu'il avait ces pensées et surtout :

"C'est pour ça qu'ils l'ont appelé "Nuit d'Amour ! Pardon, je divague mais, je viens de me rendre compte qu'ils font pousser leurs trucs au milieu de plantes pour philtre d'amour. Je me demandais pourquoi j'avais ces pensées et cette odeur de chocolat de Pâques. D'ailleurs, pourquoi ça ? Bref, qu'est-ce que tu fais ici, à cette heure-ci, alors que tu es censé être l'élève la plus studieuse que je connaisse ? "


Rob regardait à nouveau Idiya, il ne savait pas trop quoi penser. Il en avait beaucoup dit, elle avait certainement compris certaines choses mais, il savait très bien qu'elle n'était pas du genre entreprenante. De plus, dans quelques heures, les effets de la bière aurait disparu et il ne serait peut être plus dans le même état d'esprit. Même s'il savait qu'au fond de lui, il attendait que le moment propice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Idiya O'ConnorPoufsouffle
Age : 21
Localisation : Londres

Les Détails
Double Compte: Eleonora Michaelis
Patronus: Un écran de fumée informe
Pouvoir/Objets:
MessageSujet: Re: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert Lun 16 Mai - 23:52

J’avais peut être crié un peu fort. J’avais entendu les fenêtres s’ouvrir dans des maisons. D’un côté ça me rassurait que si jamais une fille criait les gens s’inquiéteraient et sortiraient pour voir ce qu’il se passe. Moi personne n’était venu… Je laissais ce genre de pensée de côté ayant eu assez peur pour la soirée ! Une fois debout je remarquais que son air béat était un peu poussé et non approprié à la situation. Pas que je lui ne voulais mais plus que de ce que je connaissais de lui, Robert n’aurait pas réagi de la sorte.

Il me répondit tout en me fixant dans les yeux ce qui me troubla plus qu’autre chose, mais j’essayais de me concentrer. J’étais toujours fâchée sur lui après tout. A moitié… Je pense. Je l’écoutais alors concernant les bières magiques. Ah ben ça expliquait tout. Ces boissons n’étaient pas nécessairement fortes mais elles avaient des effets magiques assez présents. Je haussais un sourcil en attendant la suite, curieuse de savoir à laquelle des saveurs le griffondor avait bien pu goûter.

Je pouffais lorsqu’il parla de plantes aphrodisiaques m’empêchant de rigoler. Je ne compris pas son questionnement sur les œufs de pâques et penchais la tête, m’apprêtant à lui expliquer que s’il avait senti des œufs de pâques c’est parce que ces plantes nous font sentir ce que nous aimons le plus, en le charriant lorsque je me souvenais d’une phrase que j’avais dite il y a quelques mois de ça. Perdant mon sourire je baissais doucement les yeux en rougissant, serrant mes paquets plus contre moi. Ce genre de chocolats de pâques là….

"Fawley le jour où je serais heureuse de me retrouver seule dans une salle avec toi, tu retrouveras des œufs de pâques quelque jour de Noël alors que Pré-au-lard serra sous la neige!"


Bon ben y avait la neige, les œufs de pâques en quelques sorte, Noël dans quelques jours, lui et moi… Moi qui ne savait pas comment réagir ni quoi faire ni même quoi penser de cette information. Enfin il le disait peut-être pour charrier ? Je relevais la tête à ses questions et enchainais sur le ton de l’humour, essayant de faire passer mes rougeurs en pensant à autre chose.

« L’élève la plus studieuse que tu connaisse ? Quel honneur d’être cataloguée de la sorte auprès du grand capitaine de quiditch ! »

Souriant, je levais alors légèrement les paquets que j’avais dans mes bras. Envolée la colère.

« Quelques achats de Noël et comme d’habitude ça m’a pris plus de temps que prévu ! Et toi ? A part boire des bières aphrodisiaques tous seul ? »

Mon ton était léger et j’en avais presque oublié que nous étions dans une ruelle déserte qui devenait de plus en plus sombre au plus le temps passait. Heureusement qu’un chat eu la bonne idée de me le rappeler en renversant une poubelle faisant un bruit derrière moi. Je m’étais tournée vers la source du bruit, me rapprochant inconsciemment de Robert. Je n’étais pas seule, je n’étais pas seule, je n’étais pas seule… Avalant ma salive je me tournais vers lui plus sérieuse ce coup-ci.

« Pas que je ne veuille pas discuter avec toi, mais tu aimerais pas qu’on le fasse dans un endroit plus lumineux et chaleureux comme le château par hasard ? En sécurité derrière d’énormes portes fermées à double tour ? »

Ma voix tremblait légèrement et était teinté de nervosité. J’avais tenté l’ironie mais mon insécurité transperçait clairement. Pitié faites qu’il ne soit pas trop bourré, histoire qu’il puisse réagir en cas de besoins !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert Jeu 19 Mai - 18:22

Rob n'exagérait en rien le fait que pour lui, Idiya était belle et bien, l'élève la plus studieuse qu'il pouvait connaitre dans les murs du château. Idriss, l'un de ses meilleurs amis, était une personne très sérieuse quand il s'agissait de travailler et quand il le faisait, c'était durant de longues heures. Mais, il n'arrivait pas à le cheville d'Idiya. Il eu la vision de deux personnes en train de travailler ensemble, à la bibliothèque. Celà lui tira un sourire, encore une fois, sur son visage. Plus l'année avançait, plus Rob se disait qu'il aurait du travailler un peu plus durant sa scolarité. Il aurait peut-être connu Idiya personnellement depuis un peu plus longtemps. Le Gryffondor mit une seconde pour se rendre compte qu'elle l'avait appelé "capitaine". Jamais, il n'avait joué au quidditch pour l'équipe de sa maison, jamais il n'avait même essayer, lui qui préférait chanter et animer les supporters rouge et or. Seulement voilà, Idiya, même si elle connaissait un peu le quidditch, n'arrivait pas à se mettre dans la tête que Rob était le capo des supporters, celui qui lançait les chants et animations. Il était tout au plus président du groupe de personne mais, jamais il n'avait été capitaine :

"Je suis capo ! Capo ! Pas capi' ! O'Connor, tu dérailles vraiment. Tu devrais arrêter de trainer la nuit dehors, tu deviendrais presque comme ...moi"

Il lui afficha un large sourire avant qu'elle ne lui dise ce qu'elle faisait ici. Rob savait très bien ce qu'elle avait durant la journée, il l'avait bien vu mais, il ne voulait surtout pas dire qu'il était resté quelques minutes à la regarder à travers une vitre. Du moins, il aurait pu le dire mais, il avait un peu peur de la réaction que pourrait avoir Idiya quand elle l'apprendrait. S'il y avait bien un truc qui ne manquait pas à Rob, c'était du courage :

"En fait, je sais que tu as fais des achats, je t'ai vu dans l'après-midi. Disons, que j'ai pris un peu mon temps aussi, pour regarder ... et acheter deux ou trois choses. Et pour les bières, je n'ai pas bu seul ! J'ai rencontré un français très ridicule mais très gentil. J'ai un peu l'impression qu'ils sont tous comme ça d'ailleurs. Les français hein, pas les buveurs de bière. Quoi que les deux combinés, ça doit être quelques choses d'étrange !"

Il sentait encore les effets des bières, il avait chaud, juste ce qu'il fallait maintenant. Le grand coup d'adrénaline était passé, il pouvait réfléchir. Il reprenait doucement la maitrise de ses pensées. Enfin, pas pour très longtemps. Rob aurait pu être l'auteur du bruit un peu plus loin dans la ruelle mais, il fallait croire que le destin lui disait une chose. Ses sens fut encore mis à rude épreuve quand Idiya, par peur, se rapprocha de lui. Il pouvait sentir son odeur. Il pris une grande bouffée d'air très fraiche, ferma les yeux un instant pour remettre ses pensées en place. La voix d'Idiya semblait pas franchement sereine et elle lui demanda s'ils pouvaient se diriger assez rapidement vers le château. Ce n'était pas une mauvaise idée mais, il avait pas envie qu'Idiya s'enlève de lui, il avait vraiment pas envie.

Il faisait froid mais, c'était un détail. Idiya s'était retourné vers lui, le regardant et attendant une réponse de sa part. Mais, c'était impossible qu'il ne le fasse pas. Une idée peut-être stupide. C'était le bon moment, le bon endroit, comme elle l'avait elle même dit. En même temps, elle était peut être pas du tout dans le même état d'esprit. C'était la première fois qu'il était le "chasseur", c'était la première fois qu'il allait avoué ses sentiments en premier. Une autre bouffé d'air et c'était fini. Non, c'était pas le bon moment, le bon endroit. Rob avait eu peur pour l'une des premières fois de sa vie. Un peu déçu de lui même, il fit un sourire à Idiya et lui dit :

"Oui oui bien sûr rentrons, il est encore tôt finalement, on peut largement boire un thé avant le diner de ce soir, enfin, si tu veux bien. D'ailleurs, j'ai trouvé un endroit cool dans le château."

Il avança, il savait qu'elle le suivait, il savait qu'il aurait du lui dire. En même temps, elle aurait peut être cru que c'était seulement les effets de la bière, et rien d'autre. Elle l'aurait certainement gifflé mais, non :

"Je l'aime vraiment, c'est pas l'alcool qui fait ça. Je suis tombé amoureux de cette demoiselle, alors qu'elle n'ai pas comme moi, regarde la Fawley, elle est ... Je viens de parler tout haut, non ? Ah ah, c'est une blague ! Surprise ! C'est une vraie ... Non en fait, c'est pas une blague Idiya. C'est étrange de te dire ça comme ça, ici, maintenant, alors qu'on commence vraiment à avoir froid mais, je crois que j'ai de réels sentiments pour toi, j'entend bien des sentiments amoureux. C'est pas l'alcool, je t'assure, ça à juste aider. Je suis juste béa quand je te vois, j'aime te voir rire, m'engueuler aussi, ça tu le fais souvent et pour cause. J'aime ta façon d'être avec les gens, douce et gentille, tu es une batante, bien plus que n'importe qu'elle fille j'ai pu voir et rencontrer. Ouais, c'est ça, je t'aime O'Connor, j'aurais jamais pu penser ça mais c'est bien le cas ! C'est le genre de cliché du bad boy qui tombe amoureux de l'intello mais j'y peux rien, je suis pas doué en histoire moi. Et je sais pas si ça va durer toute la vie mais, ouais, c'est avec toi que j'ai envie d'être et si jamais c'est pas réciproque, je t'assure que je ferais tout pour qu'on puisse rester ... ami ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Idiya O'ConnorPoufsouffle
Age : 21
Localisation : Londres

Les Détails
Double Compte: Eleonora Michaelis
Patronus: Un écran de fumée informe
Pouvoir/Objets:
MessageSujet: Re: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert Jeu 19 Mai - 23:09

Je rigolais alors qu’il me reprenait. J’aimais bien l’ennuyer sur ce sujet-là. Pour moi il était quand même une sorte de capitaine de l’équipe vu qu’l menait les supporters qui encourageaient l’équipe et qui lui donnait du courage, mais bon c’est une question de point de vue je suppose ! Je haussais un sourcil amusé quant à sa remarque :

« Et du coup ce serrait mauvais, de devenir comme toi ? »

Je lui racontais alors que j’étais venue faire quelques emplettes. Je retournais la question mais sa réponse m’étonna plus que je ne l’aurais cru. Je le regardais étonnée et les sourcils levés lorsqu’il m’avoua m’avoir vu. Je me demandais pourquoi il n’était pas venu me dire bonjour à ce moment-là puis je me mis à paniquer sans le montrer. Il ne m’avait quand même pas vu dans cette librairie acheter son cadeau de noël ? Enfin si jamais il savait il ne laissait rien paraitre du coup je fis pareil et ne me concentrait pas sur ce sujet-là. Je rigolais doucement lorsqu’il parla du français ridicule mais gentils alors que Rob repartait dans ces phrases sans sens.

« Je ne connais pas beaucoup de buveurs de bière en dehors de mon père et mon frère qui ne comptent pas vraiment mais je ne pense pas que tu sois idiots ! Je te l’ai déjà dit non ? »

Je plongeais mes yeux dans le siens et souriait doucement. Oui je lui avais déjà dit qu’il n’était pas idiot et depuis qu’on se fréquentait plus il ne m’avait jamais prouvé le contraire. Je comprenais mieux pourquoi mon frère était mai avec lui. Toujours le mot pour rire et assez sympathique sans être trop intrusif, il savait aussi avoir des moments plus calmes et sa présence était devenue de plus en plus réconfortante. Ce qui fut d’ailleurs fort rassurant lorsque j’entendis un bruit et que je pus me rapprocher de lui. Non sérieusement on pouvait quitter cette ruelle ?

Alors que je me tournais vers lui j’avais l’impression qu’il me regardait bizarrement. Je le vis prendre une inspiration et ne comprenant pas son expression ne dit rien sur le moment mais lui emboitait le pas des qu’il se mit e route, restant proche de lui. Sait-on jamais. De plus j’avais appris à être habituée à sa présence, la trouver consolante et ici ce fut pareil. J’avais l’impression d’être en sécurité alors que je marchais à ses côtés. Je souriais quant à sa proposition, étant heureuse d’être plus petite que lui et du vent frais qui venait de se lever pour baisser mon visage. Mes joues étaient devenues légèrement plus rouges. C’était une des premières fois qu’il m’invitait consciemment pour un tête-à-tête. On avait déjà passé du temps ensemble mais toujours de manière fortuite. Je répondais sur le ton chaleureux mais timide :

« Oui ce serait avec plaisir ! Tant que ton coin inclus l’option feux de cheminé je serais on ne peut plus ravie ! »

Le vent s’était intensifié et le froid commençait à se faire ressentir au travers des couches de vêtements. Ayant la tête baissée je la relevais pour le regarder alors qu’il se mettait à parler. Je ne comprenais pas pourquoi il parlait de sentiment d’un coup, je n’avais pas l’habitude qu’il se confie aussi soudainement sur un sujet non abordé, mais plus fort encore que mon étonnement fut cet horrible douleur à la poitrine que j’éprouvais alors qu’il parla. Il était amoureux… J’avais l’impression qu’on m’avait donné un coup de poing au ventre. Je ne savais pas dire si j’étais réellement amoureuse de Robert Fawley à ce moment mais je savais qu’on avait passé pas mal de temps ensemble et que je l’appréciais. Je l’appréciais beaucoup même. Et j’avais eu l’impression d’être spéciale à ses yeux tout en remarquant que lui devenait spécial aux miens. Alors je ne savais pas comment réagir à son annonce. Mais je n’ pas à me casser la tête parce qu’il continua de parler. Une blague ? Pas une blague ? Non il semblait sérieux. Sérieux et sincère.

Je m’arrêtais de marcher et relevais le regard vers lui lorsqu’il avoua que c’était envers moi qu’il avait des sentiments. Pour le coup il suivit le mouvement et s’arrêta aussi. Nous étions maintenant dans la rue principale de Pré-Au-Lard. Je ne savais pas quoi dire mais je sentis cette douleur ou sensation de poing dans l’estomac disparaitre tandis qu’une sensation de chaleur m’envahis doucement, surtout aux niveaux de mes joues qui devaient être rouges écarlates. Il… Il était quoi ? Béa en me voyant moi ? Au fur et à mesure où il parlait je sentais mon cœur s’emballer de plus en plus vite. J’eu un petit rire nerveux quand il souligna qu’il n’était pas doué en histoire et regardait un peu partout nerveusement avant de me refocaliser sur lui.

Je serais nerveusement mes paquets contre moi, mon cœur battant la chamade tandis que mes joues étaient rouges. Je devais certainement ressembler à une crevette à être plus petite que lui et aussi rouge. Je ne savais pas quoi répondre. Sur le coup j’avais envie de crier « non ! » quand à sa proposition de rester amis, mais je me retins. Ouvrant la bouche je la refermais quasi directement. Je baisse les yeux un instant le temps de remettre mes idées en ordre. Il était adorable et me perturbais. Du coup je ne savais pas comment réagir. Je relevais finalement le regard et le fixais dans les yeux.

« Je ... je ne sais pas quoi dire … Tu … Enfin … »

Malgré moi l’anxiété finit par me nouer la gorge, du coup j’avalais ma salive pour me donner un peu de courage.

« Je… Je ne sais pas quoi te dire à part que j’ai l’impression que je viens de courir un marathon et que mon cœur va lâcher. Je… - baissant alors les yeux je regardais nerveusement au sol - On a passé beaucoup de temps ensemble et je t’apprécie de plus en plus. Je veux dire … Tu es adorable, attentionné, calmé, drôle et … Tu me rassure. Quand je me réveille la nuit en hurlant parce que j’ai encore fait un cauchemar, mon premier reflex est de vouloir te voir toi pour me calmer. Et je suis plus qu’heureuse quand j’arrive à te croiser dans un couloir ou autre pour te dire bonjour en te faisant la bise… Je … Je ne sais pas exactement ce que je ressens et je ne sais vraiment pas si je serais à la hauteur mais … Je serais enchantée… d’être … Plus qu’amie … avec toi rober Fawley ! »

J’avais inspiré après ma tirade, l’air frais m’aidant à ne pas trop trembler. Je me mordillais doucement la lèvre, nerveuse. Mon regard toujours baissé je n’osais le relever. Et s’il avait dit ça sous le coup de la bière ? Et si jamais il avait été sérieux mais que je n’étais pas à la hauteur ? Je n’avais jamais été en couple et ma mésaventure de cet été n’arrangeait en rien mon inexpérience au contraire ! Et si jamais s’était une blague ? Si jamais j’aurais dû dire autre chose ? SI jamais … Milles et une pensées fusaient dans ma tête et le temps qu’il réagisse me semblait durer une éternité de torture et d’incertitude !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert Ven 20 Mai - 19:34

Chaud, froid. Un peu tout en même temps, il réalisait pas, il ne savait pas quoi faire. Enfin, si, il savait tr-s bien mais, pour une fois, il aurait eu envie que ça soit la fille qui l'embrasse. Il avait beau être chassé, c'était toujours lui qui faisait quand même le premier pas, il aurait voulu au moins une fois, savoir ce que ça faisait d'être embrassé. Seulement, elle semblait ne pas être en mesure de le faire. Quelques secondes venaient de passer, il la regardait avec un large sourire. Pourquoi attendre ? Il venait juste d'avoir une pensée qu'il avait eu jusque là avec toutes les autres filles. Seulement, Idiya n'était pas les autres filles. A chaque fois, il se disait ça mais, là, c'était réellement le cas. Avant ça, il n'avait jamais passé autant de temps avec une fille sans sortir avec, jamais, il n'avait vraiment pris le temps d'écouter, d'apprendre à connaitre vraiment une fille. Il s'en fichait à vrai dire, il avait le côté physique, deux ou trois moments de rigolade et ça lui allait. Là, c'était bien différent. Pourquoi ne pas l'embrasser, c'était tellement stupide de sa part. Pendant qu'il était en train de réfléchir, Idiya devait se poser des questions. C'est seulement au bout de dix secondes qu'il ouvrit la bouche mais, dans un premier temps, aucun son n'en sorti. La seconde qui suivit parue encore plus longue que les autres, alors que ses lèvres s'approchaient de celle d'Idiya, il se repassa en un éclair la réponse de la Poufsouffle. Alors qu'il était plus qu'à quelques centimètres, Fawley commença à parler :

"Pas à la hauteur, c'est sûr, tu es plus petite que moi. Et sincèrement, je vois pas en quoi ni même pourquoi tu devrais te poser cette question. En rapport, à ce que j'ai pu avoir avant ? Ou bien avec le fait que je suis populaire ? Tu sais quoi, j'en ai rien à faire de ce qui peut être dit et si jamais, une personne ose dire une chose de travers sur toi, elle risque de finir nu dans Pré-Au-Lard. La violence, ce n'est pas mon truc, tu le sais très bien mais, il faut pas s'attaquer aux personnes que j'aime, surtout quand je l'aime vraiment, littéralement, au sens premier du terme. Mais je crois que je vais arrêter de te parler et que je vais t'embrasser maintenant"

Et le fit, avec passion et douceur. Rob savait très bien qu'il était très certainement l'un des premiers gars à l'embrasser. Et le terrible évènement qu'elle avait subit quelques mois auparavant, n'aurait pas aider à un baiser un peu plus fougueux. Fawley savait très bien qu'il aurait bien le temps d'en avoir. La doucement de ses lèvres contrastait avec la force qu'elle mettait pour le serrer contre lui. De plus, même Rob commençait à avoir froid et la neige tombait doucement au dessus de leurs têtes. C'était comme elle l'avait dit quelques mois plus tôt. Eux deux, le chocolat, la neige, Pré-Au-Lard. Ils avaient perdu la notion du temps, pourtant Rob avait faim, ça voulait dire qu'il était encore le temps de goûter. S'enlevant doucement de l'étreinte d'Idiya, il lui déposa un baiser sur le front avant de lui dire :

" Je crois qu'il est temps de rentrer, de t'emmener dans mon super coin et surtout ... de manger ! J'ai une faim d'ogre ! Ouais, enfin, je suis pas sur que ça soit très sexy de te dire ça juste après t'avoir embrasser pour la première fois mais bon"

Il lui tendit le bras, l'invitant à le prendre. Marchant assez rapidement, Rob voulait aller rapidement au château. Le coin qu'il avait trouvé était dans une ancienne salle de classe et elle donnait une vue magnifique sur le lac, qui était gelé à cette période de l'année. Il n'avait jamais été avec une personne, c'était toujours seul qu'il avait été étudier dans cette salle. C'était d'ailleurs le seul moment où il avait étudier d'ailleurs. Il voulait que ce coin, soit le leur, qu'il puisse partir vraiment de zéro et n'avoir aucun souvenirs avec personnes d'autres à cet endroit. Marchant doucement, Rob s'arrêta net et éclata de rire :

"Et dire que j'ai dis à ton frère que j'allais veiller sur toi et faire en sorte que personne ne t'approche de trop prêt. Au fait, tu crois que je suis trop prêt si je fais ça ?"

Puis il l'embrassa tendrement. Rob était bien, il allait profiter des mois à venir, le temps des discutions sur la futur rentrée était très loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Idiya O'ConnorPoufsouffle
Age : 21
Localisation : Londres

Les Détails
Double Compte: Eleonora Michaelis
Patronus: Un écran de fumée informe
Pouvoir/Objets:
MessageSujet: Re: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert Ven 20 Mai - 23:30

Le temps me semblait long. Trop long. J’avais le cœur qui battait la chamade et les mains tremblantes, même si j’arrivais à le cacher en tenant mes achats contre moi. J’osais finalement lever les yeux vers lui pour voir qu’il me fiait et qu’il s’était rapproché. Par surprise j’avais voulu reculer mais j’étais immobile, trop déconcentrée par la présence de Rob. Au plus il se rapprochait au plus je me tendais intérieurement. Ce n’était pas négatif, ni de la peur. Juste de l’appréhension, comme une sorte de suspense. Alors que j’étais sur le point de fermer les yeux il prit la parole et je gardais pour la peine mon regard plongé dans le sien.

J’eu un petite rire nerveux à sa première phrase. Il n’aurait pas été Rob sans cette touche d’humour. Un sourire tendre pris cependant le pas sur le sourire amusé. Il essaya de me réconforter mais mon inquiétude ne se situait pas dans de potentielles concurrentes mais plus… Dans ce que je ne pourrais lui offrir avant un bon moment. Je ne savais pas comment j’allais réagir aux teintes, comment j’allais prendre ses câlins. Si la nouvelle proximité qu’incluait sa déclaration n’allait pas m’angoisser plus qu’autre chose. Pendant que je me perdais dans ses yeux alors qu’il parlait, je sentais sa chaleur m’envelopper et son odeur venir chatouiller mes narines et en quelques secondes mes craintes furent balayées. C’était Robert. Quelqu’un en qui j’avais énormément confiance et pour qu’il j’éprouvais une affection que j’avais encore du mal à situer entre un béguin et un réel amour. Mais c’était quelqu’un que j’appréciais ! Ses mots me firent un bien fou. Pas que le fait de savoir une personne nue à Pré-Au-Lard me fasse plaisir mais plus la manière de Robert de me faire comprendre qu’il veillerait sur moi. Pour le coup je me détendis un peu et me laissais aller doucement contre lui alors qu’il finissait encore avec une blague.

Je n’eus même pas le temps de me questionner sur le baiser qui allait suivre que ses lèvres étaient déjà sur les miennes. Je ne sais pas pourquoi mais j’aurais pensé qu’il tenterait un baisé fougueux et passionné et je devais avouer que cette perspective me crispait. Pas que je ne veuille pas, mais je ne savais pas comment j’allais réagir. J’allais déjà mieux qu’en aout vis-à-vis de mon viol mais parfois des flashback revenaient dans certaines situations anodines : trop de gens, trop peu de gens, un bruit, un frôlement, même involontaire, d’une personne et je me retrouvais avec des flashback pleins a tête.

Mais là ce fut… Ce fut parfait. C’était tendre et ça me mit en confiance. Je répondis tout aussi doucement mais me serrais quand même contre lui. Les yeux fermés je savourais ce moment. Alors que mon cœur avait battu sur un rythme endiablé depuis tout à l’heure, je fus étonnée de constater qu’il s’était calmé à ce contact. Un frisson de froid me parcouru et je me serais encore contre luis, sans jamais approfondir le baisé. Je ne sais pas combien de temps on resta ainsi, ni si d’autres étudiants sur le chemin du retour vers Poudlard nous voyaient aussi, mais je m’en fichais un peu. J’étais bien, sereine et avec Robert, et c’est tout ce qui comptait au fond.

Je me reculais légèrement, suivant ses gestes mais refermais les yeux aux moments où il posa ses lèvres sur mon front. Un frisson de plaisir me parcouru et je sentais mes joues rougis encore une fois, mais plus de plaisir que de gêne. J’éclatais de rire, heureuse, lorsqu’il parla de manger, en s’excusant du côté peu glamour de la chose. Je pris son bras en souriant, en profitant pour me rapprocher de lui sans non plus le coller trop à lui.

« Tu sais il y a pire que de la nourriture ! Je te piquerais même un bout si tu permets. »

J’avais parlé sur un ton taquin mais mes joues étaient encore rosée et mon sourire plus niasse que je ne le pensais. Mais je m’en moquais un peu. Nos pas étaient rapides, heureusement d’ailleurs car le froid se faisait mordant. Je fus heureuse de voir se profiler le château au loin lorsque Rob s’arrêta d’un coup. Moi qui n’avais rien vu venir j’avais continuée, mais étant toujours accrochée à son bras je fus tirée en arrière. Je le regardais étonnée et perdue alors qu’il éclatait de rire. Je rigolais doucement lorsqu’il me parla de mon frère, mais fus coupée lorsqu’il reposa ses lèvres sur les miennes. Etonnée je fis un « hmpf » mais le laissais faire. Il en avait largement le droit depuis ! Je me permis de répondre à son baisé en pressant un peu plus mes lèvres contre les siennes sans pour autant approfondir de trop. Je ne savais pas encore très bien ou j’en étais. Je savais que j’étais heureuse pour le moment et avec Robert. Les questions et les pensées viendront seulement plus tard.

On finit par se séparer, personnellement je souriant d’une oreille à l’autre, mais lorsque je parla ma voix était plus basse qu'à son habitude.

« Je ne pense pas non ! »

Un ricanement me fit tourner la tête. Je vis deux commères de quatrième passer près de nous nous lançant des regards amusées et qui prédisaient clairement que demain tout le château serra au courant. Je soupirais en posant ma tête contre l’épaule de Robert en soupirant avant de prendre doucement la parole.

« Je ne sais pas ce qui va me faire le plus chier exactement : ton fan club ou les murmures ! »


C’est vrai qu’il y avait tout un club de filles absolument folles de Robert. Je les trouvais très amusantes d’ailleurs, divertissantes même. Se moquer des autres est mauvais je l’avoue, mais comment ne pas se moquer du ridicule ? Je me redressais finalement, servant un petit sourire à … Et bien je suppose que je pouvais dire mon copain, avant d’à nouveaux nous mettre en route vers le château. J’avais repris son bras dans un geste timide avec un petit sourire néanmoins. J’étais bien avec lui. Et même si je n’avais pas, comme lui, déclaré ma flamme aussi ouvertement, je savais que j’éprouvais plus pour Robert qu’une simple attirance. Beaucoup plus !

Je le laissais me guider dans le château, le suivant en souriant curieuse de découvrir sa place. Alors que nous prenions un énième couloir je lâchais d’un ton taquin :

« J’espère que tu ne me fais pas encore tourner en rond Fawley ?! »


Pas que c’était habituel mais il avait un certains don pour bien me faire tourner en bourrique comme on dit. En sautant d’un balcon par exemple, ou en faisant ses petite blagues idiotes mais qui me faisaient tellement rire. En y repensant un sourire tendre pris place sur mes lèvres. Oui Robert avait su me faire rire. Il avait aussi su me faire pèter les plombs. C’était son talent à lui : me faire passer par milles émotions différentes ! Et il était bien le seul à y arriver. C’était devenu un petit jeu entre nous : lui faisant une bêtise, moi m’énervant, lui sortant une idiotie, moi rigolant mais essayant de rester fâchée, lui me souriant et moi perdant absolument de vue pourquoi j’étais fâchée au début en lui rendant son sourire. C’est en repensant à tous ces moments que je me rendis compte à quel point j’avais appris à l’apprécier au fond de moi et que je me disais que mon attirance pour lui était plus profondément ancrée que juste un simple béguin !


Arrivés devant une porte je m’arrêtais et le regardais. je me demandais à quoi ressemblait cet endroit génial dont il m'avait parlé!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert Lun 23 Mai - 15:51

Rob n'avait rien vu venir. Vraiment. Il savait qu'il était dans le cœur et la tête de la jeune demoiselle mais, qu'elle accepte de sortir avec lui, jamais ! Parce que oui, il était bien en couple maintenant et le plus drôle dans tout ça, c'est qu'il n'avait rien dit à James. L'ami irlandais de Fawley aurait été le premier à le charrier ou il aurait été le premier à montrer un plan débile pour que Rob passe pour un héros vis-à-vis de la demoiselle, ce qui aurait pu être drôle. Non, il n'en avait pas parler non plus à Idriss qui aurait, avec sans grand loyauté, déjà tout dit à James. Rob eu alors une petite boule au ventre. Il se sentait un peu coupable de n'avoir rien dit de ses sentiments pour Idiya, à ces deux meilleurs amis. Seul son petit frère était au courant. C'était donc bien la preuve qu'Idiya était une personne très spéciale, ce n'était plus l'une des premières venues qu'il aurait pu avoir au détour d'un couloir. Après tout, ses deux amis auraient très bien pu deviner ça avec assez de facilité, au vu du nombre de foix, par jour, où l'Écossais parlais de la Poufsouffle.

Quand deux jeunes demoiselles, qu'il ne connaissait pas du tout, étaient passées à côté du nouveau couple, elle avait eu une sorte de rire. Rob savait trop bien ce que ça voulait dire. Il était habitué, quand on est une personne connue dans une école où les ragots sont rois, on perçoit beaucoup de voix et de murmures. Mais, qui sont bien réels. Ce ne serait pas la première fois où il allait être le centre de l'attention. En marchant, il s'imagina assez rapidement les rumeurs les plus folles qui sortiraient le lendemain. Certainement que des personnes seraient d'avis qu'Idiya aurait fabriqué un filtre d'amour, sinon comment un homme populaire pourrait être avec l'intello ? L'idée aussi que Rob fasse ça pour rendre jalouse une fille serait aussi probablement avancée. Le Gryffondor voulait juste une chose, qu'Idiya en soi pas victime. Et c'était une pensée qu'elle même avait en tête quand elle parla :

"Très sincèrement, je pense qu'on va entendre beaucoup de chose à notre sujet. J'en suis désolé d'avance, certaines filles vont être un peu agressive, surtout envers moi. Elles te feront rien à toi, elles ont trop peur, tu es trop forte en magie. Et puis mon oncle m'a toujours dis que si tu entendais des murmures à ton sujet, il suffisait de parler plus fort. Et ça, je sais bien le faire. Parce que oui, CHERES JEUNES DEMOISELLES, J'AIME IDIYA O'CONNOR ET MURMURER NE SERT A RIEN !"

Il s'était retourner en direction des deux filles, qui elles même s'étaient retournées et ne semblaient pas vraiment très heureuse de s'etre fait prendre sur le fait. Si Rob n'avait peur de rien, il vit une petite gêne sur le visage d'Idiya, c'était normal, elle n'avait pas l'habitude d'être en vu comme ça et encore moins, de se mettre en vue. C'était d'ailleurs une des choses que Rob appréciait tout particulièrement. Les deux amoureux continuèrent leur chemin jusqu'au porte du château. Quand Robert Fawley avait une chose en tête, il fonçait jusqu'au bout. Entrant dans le hall, il y avait quelques personnes, certainement des gens qui allaient aller dans la Grande Salle pour manger. Le garçon pris alors la main d'Idiya, il voulait que les choses soient visible et clair : il était en couple. A son soulagement, peu de personne parlèrent sur eux. Il eu même un jeune Gryffondor, qui était en première année et que Rob avait protégé, qui passa rapidement en lui disant un bravo, ce qui le fit un peu rire. Avant de partir dans son endroit, il fallait passer dans un endroit du château que Rob aimait plus que tout. Cette salle était assez difficile a trouvé mais, maintenant qu'ils étaient dans le château, il n'y avait plus le froid et marcher était devenu un peu plus facile sans la neige. Après quelques minutes de marche, Rob s'arrêta devant une porte. Il était sûr à cent pour cent que la jeune demoiselle n'était jamais venu ici :

"Tu vas voir certainement l'endroit le plus magique du château !"

Il ouvrit alors la porte à la volée. Devant eux se tenaient des centaines d'elfes de maison, tous en train de travailler. C'était bien la cuisine de Poudlard, son idée était de mangé, il allait le faire. Entrant comme s'il venait là tous les jours, certains elfes lui dirent bonjour, d'autres juste d'un geste de la tête. Un elfe au loin lui fit des grands signes, l'invitant à venir :

"Idiya, je te présente ma caverne au trésor. Peu de personnes viennent ici mais, ces elfes sont capable de te préparer ce que tu veux en à rien de temps. Je viens de temps en temps leur faire de la métamorphose, ils adorent ça pour la plus part. Et voici Thanel, c'était l'elfe de maison de mon grand-père, il lui a demander de venir ici juste avant sa mort"

L'elfe de maison semblait vieux mais, il afficha un grand sourire à la vu de Rob. Il arrivait juste aux genoux du Gryffondor et semblait un peu plus gros que les autres. Il avait aussi une sorte de barbiche qui lui poussait sous le menton. Ses yeux globuleux fixèrent les mains entrelacées d'Idiya et Rob. Le Gryffondor lâcha la main de sa copine pour faire une accolade à l'elfe qui lui dit :

- Ravi de vous voir Maître Robert, j'imagine que c'est la gentille Idiya ? Enchantée, maître Robert parle de vous souvent ici. Je vous ai préparez ce que vous m'aviez demandé.

" Je te remercie Thanel, on est deux du coup mais, je te connais, tu en fais toujours plus. Et promis je viens vous faire quelques tours de métamorphose la prochaine fois "

Un autre elfe avait apporter une grosse boite en carton dur. Elle sentait une odeur magnifique. C'était très souvent qu'il venait ici pour manger, lui qui aimait pas mal de plats qui n'étaient jamais servi au château. En prenant la boite, il entendit du verre tinter à l'intérieur, il y avait de la bierraubeure dedans. Saluant les elfes, ils sortirent de la salle. Rob déposa un baiser sur le front d'Idiya :

" Désolé, j'ai du un peu parle de toi à Thanel, il est vieux et je pensais pas qu'il s'en souviendrait. Maintenant, partons vite à l'endroit où je veux t'emmener."

Regardant des deux côtés en arrivant du hall, il ne vit personne, les gens devaient être à l'intérieur. Il savait que dans quelques dizaines de minutes, ils n'auraient plus le droit de se promener dans les couloirs, une aubaine pour Rob, une première très certainement pour la jeune Poufsouffle. Rob parcours alors les étages assez rapidement, Idiya suivant assez facilement, comme quoi les intellos pouvaient être aussi forte sportivement. Ils arrivèrent devant une grande porte en chêne, le couloir était faiblement éclairé. Il colla son oreille contre la porte pour entendre un bruit quelconque mais, rien ne se fit entendre à l'intérieur. En ouvrant la porte, celle-ci laissa apparaitre une petite salle de cours, pour vingt personnes au maximum. Sur les murs, on pouvait voir pleins de groupes, de films, de séries ou de jeux vidéos moldus. Au fond, une grande vitre claire laissait voir la lune et le lac Noir en contre bas. Il sorti sa baguette et en un coup, la pièce s'alluma, un grand feu dans la petite cheminée au fond de la salle :

" C'était une salle de cours sur les Moldus durant des années. Après la guerre contre Voldemort, beaucoup d'élèves ont voulu faire cette option, je sais pas trop pourquoi mais, du coup, ils sont changés de salle mais, ils ont laissé la déco. Je trouve ça cool, les moldus sont vraiment étranges des fois"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Idiya O'ConnorPoufsouffle
Age : 21
Localisation : Londres

Les Détails
Double Compte: Eleonora Michaelis
Patronus: Un écran de fumée informe
Pouvoir/Objets:
MessageSujet: Re: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert Mar 24 Mai - 13:48

Moi qui avais été exaspérée d’entendre ces deux demoiselles rire, pour ensuite être légèrement angoissée quant aux réactions des autres, je ne m’attendais pas à ce que Rob enfonce le clou ! Non mais le début de sa phrase était rassurant, à moitié, mais la fin… Devenant rouge pivoine je le fusillais du regard, mais eu quand même un sourire amusé. Il n’y avait que lui pour me mettre dans un embarras pareil sans que je ne puisse restée fâchée bien longtemps ! Je ne pus m’empêchée cependant de lui donner un léger coup dans l’épaule.

Moi qui voulais faire une entrée discrète c’était raté ! Je fus heureuse qu’il me prenne la main, aimant cette attention. Cependant pas mal de regards se tournaient vers nous. Il n’y avait pas énormément de monde, mais rien que les quelques personnes présente me gênaient déjà. Je pariais que quand je rentrerais ce soir dans le dortoir je serais certainement interrogée par mes colocataires ! Je suivais cependant Robert sans rechigner, bien trop heureuse du dénouement da la journée. Je le regardais un sourcil levé alors qu’il m’amena devant ma porte des cuisines. Un tableau où il fallait chatouiller la poire pour qu’elle se transforme en clinche. J’étais venue une fois l’année passée en cachette avec une amie pour préparer une petite fête surprise pour l’anniversaire d’une autre Poufsouffle. La nourriture ne pouvait pas manquer naturellement ! Je fis un sourire amusé à Robert et redécouvrait la salle, avec ses elfes s’activant de partout. Je répondis à certaines salutations en hochant la tête et souriant.

Je fus attendrie devant le fait que Rob fasse une accolade à l’elfe de son grand père. C’était touchant ! Je souriais doucement gênée quant à ses salutations et répondis d’une voix douce :

« Enchantée ! »


Je regardais ensuite silencieusement l’elfe donner une boite à mon petit ami, quand même légèrement curieuse et suspicieuse. Non mais il était connu pour ses farces n’empêche ! Une fois dehors je haussais les épaules, un large sourire sur les lèvres quant à son geste, avant de répondre :

« Ce n’est pas grave ! Je suis plus tôt que tu parles de moi à cet elfe ! Vous semblez proches ! »
C’est vrai que j’étais touchée. Je n’imaginais pas Rob parler de n’importe qui à Thanel du coup, il arrivait indirectement à me faire sentir un peu spéciale, sans que je ne prenne la grosse tête soi-disant-passant. Le hall était vide alors que nous montions les marches, ce qui me convenait parfaitement. Suivant le Griffondor dans les couloirs du château, je me demandais quand même ce qu’il allait me montrer comme endroit. Une fois devant la porte j’attendis qu’il ouvre avant de hausser les sourcils étonnée.

Je découvris une salle remplie d’objets moldus. Ayant une famille habitant dans un quartier moldus et assez ouverts sur ce niveaux là j’étais familiarisée avec pas mal des objets présent. Je reconnaissais certaines affiches placardées aux murs aussi. Je rentrais doucement alors que Rob alluma la lumière et un feu, ce qui était une excellente idée ! Je tournais sur moi-même observant la pièce avant de reposer mon regard sur lui en souriant amusée.

« Tu penses réellement qu’ils sont bizarres ? Imagines ce qu’eux penseraient s’ils découvraient notre monde ! »

Je me tournais alors vers la fenêtre et appréciais la vue quelques secondes, avant de finalement enlever ma veste, le feu rependant une chaleur plus que bienvenue. Je la posais sur un des bancs vide, mettant mes mains dans mes poches arrière de jeans, regardant toujours autour de moi curieuse. Je m’étais approchée d’une commode avec divers livres dessus traitant sur le monde des moldus et regardais les titres intéressée avant de me retourner vers lui :

« Tu viens souvent ici ? »

J’avais bien retenu que c’était un endroit spécial pour lui, mais je n’osais pas poser la question directement du pourquoi cet endroit était cher à son cœur. Du coup j'espérais qu'il y réponde avec ma question. En tout cas je me sentais à l’aise ici. Pas trop grande la classe avait une atmosphère cosi, le feu ne faisant qu’augmenter cette impression. Et puis la vue était magnifique aussi !

J’étais bien consciente que j’étais seule dans une pièce cachée au fin fond du château avec Robert. Je me surpris à penser que si jamais je hurlais personne ne m’entendrais, avant de me demander pourquoi je pensais ça. Enfin je savais pourquoi je pensais ça. J’évitais les endroits isolés aux heures creuses depuis les vacances. Ce qui m’étonnait vraiment était que je me disais ça alors que j’étais avec Fawley. Je lui faisais confiance du coup il n’y avait aucune raison de me sentir mal à l’aise ou anxieuse. J’essayais de me détendre me concentrant sur ce qu’il me racontait. J’imagine que ça prendrais encore un peu de temps avant que je ne sois entièrement à l’aise et que mes cicatrices aient entièrement disparues ! En attendant je profitais de ce moment calme avec mon petit amis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert Mer 25 Mai - 18:01

Pour Rob, il était clair que les moldus étaient bizarre. Mais, ils étaient aussi très fort et intelligent. Les sorciers ne se rendaient peut être pas forcément compte mais, il aurait beaucoup de mal à faire certaines choses sans l'aide de la magie. Les moldus, eux, avaient trouvé des moyens pour contourner ses obstacles, c'était un peu de la magie. Ce qui faisait surtout rire Fawley, c'était de voir à quel point, ils n'arrivaient pas à voir ce qu'il y avait en réalité dans ce monde. Même si des gens sans pouvoirs magiques parlaient de créatures qui sortaient de l'ordinaire, beaucoup d'entre eux ne croyaient pas du tout en une autre sorte de vie sur la planète terre. Sur les murs, on pouvait voir une affiche de film avec une drôle de voiture qui était capable de remonter dans le temps. C'était la preuve même que les moldus pouvaient, s'ils le voulaient vraiment, voir la réalité du monde magique. Rob se demanda quelques instants s'il y avait des histoires de sorcier chez les moldus. En tout cas, il n'en avait pas entendu parler mais, vu leur goût pour l'étrange, il était sur que ça serait un carton.

Ce qu'il trouvait aussi étrange chez eux, c'était la force qu'ils mettaient pour construire des choses qui détruit. Le Gryffondor savait très bien que certains sorciers faisaient des choses pareilles, mais, il avait l'impression de voir que des drames chez les moldus, comme s'ils ne savaient pas vivre en harmonie. Avec la chute de Voldemort, la haine contre les né-moldus ou les sorciers différents était retomber, si certains avaient encore des pensées horribles, ils ne le disaient pas trop haut, le gouvernement étant toujours un peu à cran. Dans le monde de la sorcellerie, les frontières n'existaient pas vraiment, Rob aurait très bien pu apparaitre de l'autre côté de l'Atlantique sans se soumettre à des questions assez étranges. Et puis, il y avait ces groupes croyant en une divinité, qui tuaient en son nom. Si ces gens savaient que des gens aux pouvoirs magiques existaient, il pouvait être sûr qu'ils auraient très peur. Il regrettait des fois le fait de ne pas pouvoir intervenir chez les moldus :

"Bizarre n'est peut-être pas le terme mais, regarde par exemple, ils sont fort pour créer des super-héros qui sont trop fort, qui se battent pour le bien de l'humanité et tout ça. Mais, au final, s'ils se faisaient pas la guerre, ils n'en auraient pas besoin ? Et puis, on pourrait être leur héros ! C'est vraiment dommage, ils sont tellement intelligents et débrouillard ! Peut être même plus que nous. Et notre monde, ils se l'imagine déjà avec leur mythologie, ils imaginent même pas que ça réellement existé ! Mais, je pense qu'ils ont aussi des couples de méchant garçon et de gentille fille ..."


Il lui déposa un baiser sur la joue. Alors qu'elle lui tourna le dos, il en profita pour faire voler une table jusqu'à eux. Deux chaises suivirent assez rapidement. Le sortilège de lévitation était certainement le sort qu'il maitrisait le mieux, en dehors de ceux de métamorphose. Le feu lui faisait du bien, il n'avait même pas remarqué mais, sa veste et sa cape étaient entièrement mouillées par la neige qui tombait dehors. Il les jeta sur une autre petite table pour se retrouver en t-shirt. Il venait de se rendre compte que c'était la première fois qu'il se trouvait avec Idiya, seul, bras nu. Elle pourrait donc voir ses multiples cicatrices et son lion ailé, tatoué sur le haut de son épaule droite. Regardant chacune de ces cicatrices, il se dit alors qu'il serait capable de raconter l'histoire de chacune d'entre elle. Ces marques qui faisait état d'une façon de pensée qui avait un peu changé depuis qu'il avait des sentiments pour la jeune demoiselle. Alors qu'elle se retournait, elle lui demanda une chose :

"Oui, je viens souvent. Généralement, seul. Je peux m'entrainer à la métamorphose ici, c'est tranquille. Et j'aime bien lire deux, trois choses sur les moldus. Au fait, assiez toi et mange ! C'est un plat du Nord de la France, des endives au jambon, c'est juste génial !"

Il s'assit alors sur une des chaises qui avait volé quelques secondes avant. Il avait à peine retiré le couvercle que l'odeur lui donna encore plus faim, il verrait pour prendre un thé plus tard, c'était plus trop le moment. Il regarda la demoiselle dans les yeux, il était content mais, il y avait des choses qui passaient dans sa tête. Il s'était promis quelques dizaines de minutes avant de ne rien dire pour l'instant mais, il voulait que ça soit clair :

"Je sais pas si c'est vraiment le bon moment mais ... si tu me sens trop physique avec toi, à l'avenir, dis le moi. C'est nouveau pour moi et j'ai pas envie que tu te sente oppressée. Je veux pas te mentir donc, clairement j'ai envie d'aller loin avec toi mais, j'attendrais que tu sois prête et que ça soit toi qui fasse le premier pas, je t'assure. Si jamais tu veux pas, je ferais sans. Et sâche aussi, que si tu veux pas être tout le temps avec moi, entre les cours, le soir, tu me le fais savoir, je comprendrais aussi"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Idiya O'ConnorPoufsouffle
Age : 21
Localisation : Londres

Les Détails
Double Compte: Eleonora Michaelis
Patronus: Un écran de fumée informe
Pouvoir/Objets:
MessageSujet: Re: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert Jeu 26 Mai - 20:46

Je hochais la tête aux arguments de Rob, c’est vrai qu’ils étaient débrouillard. Je rigolais doucement alors qu’il m’embrassait la joue mais répondis d’un ton sérieux.

« Au final je pense que chacun s’adapte au monde avec ses capacités, nous c’est la magie, eux la mécanique, l’électronique etc. Mais je ne pense pas que ce soit une bonne chose s’ils savaient que la magie existe. Un auteur français moldu à un jour écrit durant l’ère des lumières que l’homme à l’état naturel est mauvais et égoïste et qu’il faut un contrat social, un accord entre tous, pour éviter de faire la guerre de tous contre tous. C’est peut-être pessimiste mais je pense que l’homme à besoin de règle, hors faut-il encore qu’il accepte ces règles... »

Je haussais les épaules un petit sourire mélancolique aux lèvres. Ce sourire se transforma pour en donner un plus joyeux et taquin.

« Quand ce qui est des couples j’espère que tous les méchants garçons ne sont pas aussi séduisant que toi sinon on aura un léger souci ! »

Lui faisant une bise à mon tour je rajoutais à demi voix avec un clin d’œil :

« Et je ne te considère pas comme méchant ! »


Je le laissais à son tour de métamorphose et examinais la pièce, regardant les objets dont je n’avais pas vraiment ‘habitude. Je voyais souvent des objets électronique dans le quartier, des livres aussi, mais moins des posters et de films par contre ! J’en observais deux trois avant de me retourner alors qu’il répondit à ma question. Ce que je remarquais en premier alors qu’il se tournait était le tatouage en forme de lion ailé sur son épaule droite. J’eu envie de tracer son contour mais j’oubliais bien vite cette idée, me focalisant plus sur sa réponse. Je savais qu’il avait des cicatrices, je me demandais la quelle venait de l’expérience ours/cuvette de toilette, mais laissa la question de côté. Je souriais :

« Le grand Robert Fawley travaille donc certains de ces cours ! Et bien ! Quelle étonnante découverte ! »

J’avais répliqué sur le ton de la plaisanterie avant de m’asseoir comme il me l’avait proposé.

« Non plus sérieusement je te comprend. C’est vrai que la classe est silencieuse, mais si en plus elle est oubliée ça doit être assez sympa pour étudier tranquillement. Personnellement je vais beaucoup la bibliothèque mais il y a parfois trop de gens mais bon…»

Moi qui avais été touchée qu’il me présente à l’elfe de son grand père j’étais encore plus touché qu’il me montre son petit coin tranquille du château. Je me servis du plat. L’odeur n’était pas mauvaise, d’un autre côté le fromage gratiné ça sent toujours bon ! Je me permis de prendre l’initiative de servir Rob qui tenait le couvercle, je savais que si je n’agissais pas maintenant je me sentirais gênée de toute ses attentions vis-à-vis de moi, aussi petites soient-elles. A peine posé une endive sur son assiette qu’il reprit la parole mais faisant relever mes yeux vers lui.

J’avalais légèrement ma salive au mot physique mais lorsqu’il continua je me détendis intérieurement. Ces fous ces moments où vous sentez une boule dans votre estomac se détendre, alors que vous ne saviez même pas qu’elle était là. Je fus touchée de sa franchise et de ses remarques. Je sentais que mes mains allais commencer à trembler doucement du coup je lui servis une deuxième endive avant de m’en servir une à moi-même tout en répondant.

« Je… Jusque-là ça va ! J’en suis même étonnée – petit rire nerveux – je ne m’attendais pas à être si à l’aise mais… je ne sais pas quand tu es proches … c’est agréables ! Mais je ne sais pas jusqu’où je saurais aller je … Je n’ai jamais été dans une relation sérieuse à longue durée, enfin j’ai eu des flirts comme tout le monde et un petit ami maternelle mais rien du tout de comparable et je… Enfin je… je sais juste que je me sens bien avec toi ! »

Tout en parlant j’avais baissé le regard en rougissant mais je le relevais pour plonger mes yeux dans les sien avec un sourire tendre sur le visage.

« EN tout cas je suis touchée que tu… Enfin que tu veille bien attendre si jamais ; Mais pour l’instant je ne te trouve pas trop collant ou physique, au contraire ! C’est vraiment agréable d’avoir… D’avoir droit à ce genre d’attentions ! Et pour ce qui est du temps passé ensemble c’est plus moi qui devrais te demander si ça ne t’ennuie pas que je veille passer beaucoup de temps avec toi ! Comme modèle de couple j’ai que mes parents et mon frère alors j’ai tendance à penser que c’est normal de passer beaucoup de temps ensemble... Enfin maintenant si ça te gène on n’est pas obligé non plus hein ! Je ne veux pas t’oppresser ni rien ! Et, enfin si jamais tu as besoin de temps seul ou d’espace, hésites pas ... Enfin pas que je veuille que tu me rejette mais… Disons que je comprends que par moment on veut juste être seul et au calme ! »

Vers la fin j’avais accéléré mon débit de parole, nerveuse pour ensuite me calmer. J’avais haussé les épaules à la fin et finit sur un ton timide. Je ne voulais pas lui imposer quoi que ce soit ou autre, ni même être collante ou trop imposante. Je voulais que ça se passe… bien ! Pour nous deux. Alors oui je savais que les modèles que j’avais eu niveau couple ne s’appliqueraient peut-être pas à mon cas, mais je savais que dans chaque couple il fallait faire des compromis. Et j’étais prête à en faire ! Enfin… Je disais ça mais c’était avant de finalement prendre la première bouchée d’endives aux jambons.

A peine mordu, que je sentais un gout légèrement acide et désagréable en bouche. Posant une main devant je me forçais à mâcher, le faisant plus lentement que d’habitude, pour finalement avaler. A la vache ! Je savais parfaitement que je ne saurais pas jouer la comédie du coup je lançais un regard absolument désolé à Robert.

« C’est … Enfin ça t‘ennuie si je ne mange que le jambon et te passe mes endives ? Je … je suis désolée mais je ne pourrais pas ! Pardon !»


En soit je n’étais pas difficile niveaux nourriture c’est juste que : soit un plat me plait, soit pas. C’était comme les boulettes sauce tomate : je ne savais juste pas les manger. Tandis que celles sauces chasseur ça passait parfaitement. Je me sentais quand même un peu mal de refuser le repas de Rob, surtout que j’avais compris que l’elfe l’avait préparé pour lui et que je n’étais pas inclus dans l’équation. Je ne le prenais pas mal loi de là ! D’un autre côté une fois les endives enlevées je mangeais une part de la tranche de jambon qui était délicieuse avec le fromage par-dessus !

« Dis, tu l’as fait quand ton tatouage ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert Lun 6 Juin - 19:05

Rob regarda alors l'assiette de la jeune demoiselle. Elle venait de réuissir le test. Il s'était toujours dis, en rigolant, que la fille parfaite pour lui, n'aimerai pas manger son plat préféré, tout simplement pour qu'il puisse tout le temps, tout garder pour lui. C'était apparement une réusite. Il n'allait pas le dire à Idiya, c'était sur mais, il se retenu de ne pas rire. Le Gryffondor trouvait stupide l'idée que les deux membres d'un couple soient presque obliger de manger la même chose, au même repas. C'était classique pour beaucoup de gens mais, il se voyait mal imposer à Idiya un repas qu'elle n'aimait pas et vice versa, il fallait donc qu'il mange chacun un plat différent. Il prit le reste dans le plat de sa petite amie, avec la salive à la bouche et cette fois-ci, c'était bel et bien pour ce qu'il se trouvait dans l'assiette :

"T'en fais pas pour ça, je t'en tiens pas rigueur, c'est assez spécial et comme ça, j'en ai plus pour moi ! La prochaine fois, on pourra demander aux elfes de nous faire un truc chacun, tu pourras même me faire gouter un plat typique de ta région, je suis sûr qu'ils sont capable de faire de vrais miracles. Et dire qu'ils ont eu des droits qu'après la guerre contre Voldy, on est pas très intelligent quand même !"


S'il y avait bien une chose que ses parents, pas sa famille, juste ses parents, lui avaient bien appris, c'était l'ouverture d'esprit et le respect de tous. Même si la famille de sa mère était très extrême sur beaucoup de point, il avait obtenu de sa mère des leçons de vie qu'il ne pourrait pas oublier de sitôt. Et puis, il était difficile quand on avait des soeurs qui étaient toute allées dans des maisons différentes, de ne pas être tolérant à la différence. Fawley n'avait pas beaucoup de tradition qui lui tenait à coeur et la seule, c'était d'haïr les anglais, enfin pas tous. Pas toute surtout. Alors que les deux mangeaient, Rob avec plus d'envie que sa chère et tendre, Idiya lui posa une question. Il s'attendait forcement à celle-ci et la réponse qu'il allait lui donner aller peut être changer la done. En règle général, il disait pas entièrement la vérité sur le tatouage, là, il allait le faire :

"Comment te dire ? Tu me connais, donc plus rien ne doit t'étonner chez moi. En fait, j'avais 15 ans, juste après un match des Gryffondor, gagné contre Serdaigle, on fête ça normalement. Seulement, tu sais qu'avec Idriss et Jamais, on fait le "normal" à notre sauce ! Après quelques bières et du whisky, on s'est lancé des paris un peu bête. Le mien était de séduire une fille magnifique de dernière année qui ne voulait que des gens ... très très sportif dans le corps et rien rien dans la tête, je dis pas que je suis intelligent hein mais, pas moi quoi ! Donc je vais la voir et elle me balance, très certainement pour rire, qu'elle sortira avec moi si jamais je me fais faire un tatouage ... La suite est plutôt ... génante à vrai dire mais bon, tant pis ! Pour réussir mon pari, j'ai traverser le château, de nuit, pour aller chercher Sandy, celle que je considère comme ma meilleure amie. Seulement, elle est chez Serpentard ... Je te laisse imaginer la chose : mot de passe et tout ! Comme elle est juste génial en dessins, je lui ai demander, avec des vapeurs d'alcool de me faire un magnifique lion ailé ... Mais, c'est une Serpentard ... J'étais tellement alcoolisé que j'ai même pas vu qu'elle m'avait fait un serpent vert mangeant un lion. Mais, quand je te dis que je l'ai pas vu, c'est que je me suis pointé à nouveau vers la fille, le bras en sang, un tatouage de Serpentard sur le bras ... Je me suis pris une claque, la honte et surtout, j'ai voulu retourner voir Sandy. Directrice dehors, bureau, heures de colle monstrueuse ! Par chance, Idriss est arrivé à changer le dessins avec la magie parce que je pouvais pas l'effacer. Depuis, le seul truc qui à changer, c'est que j'ai une chaise réservé dans le bureau de la directrice, spécialement pour mes heures de colle. Je pense qu'elle m'aime bien quand même. Voilà, tu connais l'histoire de ce truc, après, j'en ai plein d'histoire comme ça si tu veux mais, j'aimerais savoir une chose. Tu as déjà fais une chose folle ? A part tomber amoureuse de moi hein ! Jamais tu as pêté un câble en disant : " Je vais me baigner nue dans le Lac Noir !" Ou encore un truc du genre : "Je vais visiter la Forêt Interdite, de nuit !" Un truc fou quoi !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Idiya O'ConnorPoufsouffle
Age : 21
Localisation : Londres

Les Détails
Double Compte: Eleonora Michaelis
Patronus: Un écran de fumée informe
Pouvoir/Objets:
MessageSujet: Re: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert Lun 6 Juin - 21:55

Je fus heureuse de voir que mon goût gastronomique ne l’affectait pas tant que ça au contraire. J’en fus heureuse. Pas que je me serais privée de manger ce que j’aime pour lui, ou forcée à manger un plat que je n’aime pas mais le fait que ce soit l’elfe de son oncle qui le lui avait préparé me mettais mal à l’aise. Il y avait des efforts derrière ce plat. Mais la réaction de Rob me fit sentir moins coupable. J rigolais doucement. Comme ça monsieur était gourmand ? Bon point ! C’était fou mais je me rendais compte qu’il arrivait à répondre à des attentes que j’avais, sans même savoir que je les avais. Pour moi la nourriture était une chose qu’il fallait savourer avec simplicité et curiosité. J’avais du mal avec les gens étant extrêmement difficile. Il fallait savourer la nourriture. Pas la critiquer.

Je posais alors la question concernant son tatouage, curieuse de découvrir l’histoire qui se cache derrière. Mes émotions passèrent de l’amusement à l’imaginer faire des conneries à une pointe de jalousie avant de passer à de l’étonnement. J’ouvris légèrement la bouche et mis ma main devant lorsqu’il me raconta ce que son amie avait fait à la fois amusée mais également étonnée. Je souriais d’amusement quand il raconta la fin, notamment toujours une pointe de jalousie que je me gardais de lui montrer, à l’égard de cette fille. Non mais il s’était quand même fait tatouer juste pour la draguer… En théorie ça ne se fait pas à la va vite un tatouage. Sauf chez Robert Fawley apparemment. Je répliquais sur le ton de l’amusement.

« Et bien j’ai envie de dire bien fait pour toi ! En tout cas Idriss à bien du talent ! »

Je rajoutais plus doucement un sourire sur le visage:

« Si jamais l’idée de revient de te faire un tatouage sache que je suis plus tôt douée en dessin du coup si jamais tu veux un motif… »

Je haussais doucement les épaules avant de réfléchir à sa question. Rigolant pour moi-même je détournais un moment les yeux avant de reposer mon regard sur lui.

« Je me souviens d’une fois, c’était à pâque, on avait décidé d’aller à la messe le dimanche le truc c’est qu’il pleuvait à mort. Je devais naturellement porter une robe mauve pastelle ce jour-là. Un truc moche avec des fanfreluches et des fausses fleurs en plastiques enfin bref. Je précise j’avais sept ans et pas encore d’autorité sur mes manières vestimentaires ! Enfin bref comme tout enfant à cet âge je voulais aller jouer dehors dans les flaques, mon frère totalement partant naturellement ! Un moment d’inattention de ma mère et nous voulons à jouer comme des fous dans les flaques. Je ne te dis pas l’état de ma robe ni le visage de ma mère ! Mais n’empêche ce fut un des plus beaux jours de pâques. Mon père s’y était mis aussi au final nous lançant dans une bataille de boue ! Enfin il nous avait lavé d’un coup de baguette par après et ont à quand même dû se coltiner une heure de messe ! Mais c’était excellent ! »

Je rigolais doucement, me remémorant cette journée. Je repris cependant d’un ton moins enthousiaste.

« Sinon je dois avouer que a vie est assez monotone. Enfin, excepté ces vacances. Je ne fais rien d’hors du commun… Quoi que : te gifler pour ensuite t’embrasser est assez hors du commun pour moi ! »

J’avais réussi à évoquer les avances sans tremblements. J’avançais. Je ne l’avais pas non plus évoqué pour jeter un froid, le faisant bien comprendre en enchainant sur une touche d’humour. Cependant je finis par relever le visage :

« Mais bon ce n’est pas parce que je n’ai jamais rien fais de fous que je ne compte pas le faire un jour. J’ai un petit projet perso en cour mais je suis en train d’épargner pour le réaliser. Aussi ironique que ça puisse paraitre mais c’est un tatouage ! »

Je n’en dis pas plus. J’avais parlé à très peu de gens de mon projet mais j’avais l’idée en tête et personne ne me ferait changer d’avis.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert Mar 7 Juin - 14:53

Rob n'avait pas lâcher des yeux la demoiselle. Il savait pas s'il devait rire ou pas. Pour lui, ce souvenir heureux qu'elle venait du lui raconter lui faisait un peu froid dans le dos. Fawley savait très bien que sa petite amie était très proche de sa famille, qu'elle était beaucoup pour elle. Encore plus depuis l'agression. Et c'était justement bien ça qui avait mis mal à l'aise notre Gryffondor : il avait senti dans la voix de la demoiselle une certaine nostalgie. Rob avait senti que l'agression avait changer la fille mais aussi ses souvenirs. Elle était devenue femme malgré elle, quand on vit une chose aussi violente, on laisse rapidement derrière nous le monde d'enfant ou d'ado dans lequel on vit, pour rentrer de pleins pieds dans un monde beaucoup plus terne. L'attaque physique est une chose, ce qui en retourne du mental en est une autre. La perception du bonheur et des moments de joies sont transformés. Rob ne savait pas si elle s'en rendait compte ou si son âme d'enfant était toujours intacte. Si c'était le cas, c'est qu'elle était bien plus forte qu'il ne pouvait le penser. Ceci étant, Idiya n'avait donc jamais vraiment été en dehors des règles :

"Tu es une vilaine demoiselle ! C'est sûr que c'est très fou tout ça ! Plus sérieusement, je suis heureux que tu sois vraiment comme ça. J'aime ce côté simple que tu as en toi, des souvenirs d'enfant, l’insouciance de ce que tu étais quand tu étais plus jeune. Perso, je pense qu'au fond, si je suis comme je suis, c'est parce que j'ai jamais été l'enfant que mes parents voulaient avoir. Dans ma famille, il est très rare de ne pas vouloir faire une carrière politique ou judiciaire, au pire rentrer dans la police magique. On est donc conditionné, on s'amusait pas pareil. Enfin, surtout mes sœurs puisque je n'ai jamais suivit les règles."

Il bu un grand verre d'eau. Rob n'avait jamais vraiment parler de ses sœurs ou même généralement de sa famille à Idiya. Il n'avait pas vraiment envie de parler d'eux en ce moment. Sa vie allait changer à la fin de l'année scolaire et il trouvait que chacune de ses sœurs ou même ses parents essayaient de le pousser à faire vraiment quelque chose de sa vie, et non seulement des farces pour des sorciers ados. Mais, il n'avait jamais rien su faire d'autre, c'était comme ça. Il arrivait presque dans certains cas,à regretter de ne pas être assez intelligent. C'était certainement le plus gros défaut qu'il avait, mais qu'il arrivait à très bien caché, c'était son manque de confiance en soi sur des questions vraiment très importante. Ne lâchant pas des yeux sa petite amie, Rob se leva. Elle parla au même moment. Elle aussi souhaitait se faire marquer la peau. Tient donc, une chose très étonnante venant de la jeune fille. Il la connaissait pas encore entièrement et plus ça allait, plus ça serait dur pour lui de ne pas vouloir être proche physiquement avec elle. Avant de répondre, il passa derrière elle, la serra dans ses bras, lui déposant un baiser sur le crâne :

"Un tatouage vraiment ? Toi ? Et tu vas faire quoi ? Ma tête ! Oh que c'est gentil" dit-il avant même de sentir les cheveux de la demoiselle. Non, il était clair, il ne voudrait plus la lâcher. Il voulait même changer de maison, aller dormir avec elle, tout faire avec elle. Il était complètement gaga devant l'odeur de sa copine, il ne pu se retenir de lui dire :

"Et désolé mais, je te lâcherai plus. Je te garde tous les jours avec moi, tout le temps. S'il le faut je peux essayer de convaincre la directrice de me garder une année de plus. Je pourrais peut être même changer de maison, Idriss serait capable de faire disparaitre mon lion, j'en suis sûr. Désolé, tu dois me prendre pour un fou mais, je pensais pas que je pouvais réellement aimer une fille. Après, je dois t'avouer qu'il y a certainement des moments, où il sera bien préférable de ne pas être avec moi"

Il déposa cette fois ci un baiser sur les lèvres d'Idiya. Plus long, plus amoureux qu'il ne l'avait embrasser depuis le début de la soirée.Reculant, il souffla doucement, il devait se calmer. D'habitude, il n'aurait pas eu de question à se poser, limite même qu'il aurait déjà été dans une situation plus intime. Seulement, c'était pas une simple demoiselle, c'était Idiya, sa petite amie et surtout une fille qu'il aimait vraiment. Comme pour détourner ses envies, il parti en direction d'un vieux tourne disque moldu. Idiya s'était retourner sur sa chaise pour lui répondre. Rob mit alors en route une musique qu'il adorait, celle qu'il écoutait toujours quand il venait seul ici : Knockin on Heaven's Door, d'un certain Bob Dylan à en croire la pochette du vieux vinyl moldu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Idiya O'ConnorPoufsouffle
Age : 21
Localisation : Londres

Les Détails
Double Compte: Eleonora Michaelis
Patronus: Un écran de fumée informe
Pouvoir/Objets:
MessageSujet: Re: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert Mer 8 Juin - 18:21

Le ton été léger, ça me rendais nostalgique de repenser à ce souvenir. Je voyais moins mon frère et on avait moins le temps de rigoler de la sorte, du coup oui j’étais nostalgique mais c’était toujours agréable de se remémorer ce genre de souvenirs. J’allais répliquer sur le ton de la plaisanterie comme quoi ce n’est pas gentil de se moquer de sa copine mais le reste de sa réponse me laissais émue et silencieuse. Jusqu’à la partie avec sa famille. On n’avait jamais parlé de sa famille, je savais qu’il avait des sœurs et que bon ses parents étaient en vie, mais je n’en savais pas plus. J’avais envie d’en apprendre plus sur lui, son passé, mais j’avais aussi peur de mettre les pieds dans les plats en posant des questions indiscrètes. Et comme je ne voulais pas gâcher le moment je lui fis un simple sourire légèrement gêner. Un jour j’aurais peut-être le courage et l’audace d’aborder le sujet.

Il se leva au moment où j’abordais mon plan de me faire tatouer. Ne sachant ce qu’il allait faire la fin de ma phrase finit sur un ton questionnant alors qu’il passa derrière moi pour me serrer dans ses bras. Je n’avais pas l’habitude de ce genre de contacts du coup je me tendis un peu au début mais la chaleur qu’il dégageait et son odeur vinrent m’entourer et je me laissais aller dans son étreinte, ferment les yeux alors qu’il m’embrassa le haut du crâne. Je passais mes mains sur les siennes avant de sourire amusée. Je répondis en le taquinant alors que je commençais à savourer d’être aussi proche de lui.

« Désolé Fawley mais je doute fort que je n’arrive à trouver un endroit assez grand pour tatouer l’énorme égo renfermé dans ta boite crânienne sur mon corps ! Non plus sérieusement j’avais pensé à un motif de dentelle dans le dos. J’avais vu un article sur un artiste italien qui avait fait un défilé de tatouages de la sorte et ça m’avait vraiment plus ! Mais du coup je ne sais pas encore exactement ce que ce serra !»

Alors que j’allais parler de ce qu’il me passait par la tête, notamment comment gérer la journée suivante, sans réel but il me devança en prenant la parole. Sur le coup j’ouvrir les yeux alors qu’il me serrait toujours. Je fus heureuse qu’il ne puisse voir mon expression. Sur le moment une déclaration pareille me semblait … à la fois touchante mais à la fois une de mes peur ressurgit : ne pas être à la hauteur. Je nous imaginais alors pour la première fois réellement vivre en tant que couple tous les jours. Pas que je n’y avais jamais pensé mais quand j’y pensais, comme tout le monde je suppose, je n’imaginais que ce qui me plaisait d’imaginer. Autant je voulais être proche de Robert et réellement passer du temps avec lui, autant je me connaissais depuis mon viol. J’avais besoin de certains moments de solitude et parfois un geste au quel je n’avais jamais réagis avant me paressais trop intrusif et je pouvais avoir certaines réaction spontanées. Je ne voulais pas le blesser ou être un poids pour lui. Je n’eus pas le temps de continuer à réfléchir qu’il vint m’embrasser.

Le baisé était différent des précédents, plus fort et plus intime aussi. Malgré moi mes peurs m’avaient fait penser à mon viol et j’eu un flashback. Heureusement il se recula avant que je ne le repousse ou que je ne me sente mal. J’étais partagée. Le baisé avait été agréable et à la fois j’avais repensé aux lèvres de ce type et de cette envie de vomir que j’avais ressenti. Avant que je n’aie eu le temps de mettre mes idées en ordre il s’éloigna et je me tournais sur ma chaise pour le suivre du regard. J’allais répondre une blague pour suivre son humeur, certainement un truc comme quoi la directrice allait faire un infarctus s’il demandait pour rester une année en plus. Mais ensuite il mit un tourne-disque en route et je reconnus bien vite les premières notes. « Knocking on heaven’s door ».

Une fille normale aurait rougis et aurait espéré qu’il lui demande une danse, savourant d’être proche de lui. Ils se seraient embrassé et aurait peut être légèrement profité de l’intimité de cet endroit. Une autre fille tout aussi normale aurait peut-être pris les devants et se serait levé pour aller le tirer vers le centre de la pièce un peu dégagé pour l’entrainer dans une danse avant de profiter de la proximité pour l’embrasser et lui montrer à quel point ils étaient bien. Et puis il y avait moi. Prise avec mes démons et mes peurs. Moi qui malgré tout me levais et m’approchais doucement de lui, me callant doucement contre son dos, prenant sa main dans la mienne et posant mon visage contre son épaule. Je fermais les yeux et pris une inspiration avant de me lancer d’une voix mal assurée et basse :

« A la fois j’adorais t’avoir tous le temps près de moi, et le fait de partager la même salle commune pourrait offrir des opportunités inédites pour passer du temps et à la fois… A la fois j’ai peur d’être proche de toi. J’ai peur de ne pas être à la hauteur. De ne pas supporter que tu me prennes dans tes bras, de me crisper lors d’une caresse innocente. Je n’ai pas envie d’avoir peur de toi ou de tout le temps vivre avec le fantôme de ce mec. Mais je sais qu’à un moment ou un autre ça arrivera bien. Et j’ai peur de ça parce que je ne veux pas te repousser. Au contraire… »

Sentent une boule se former dans ma gorge j’avais fait une courte pause avant de reprendre :

« Quand on a commencé à se fréquenter en début d’année parfois j’étais mal à l’aise de me retrouver seul avec toi. Je voyais des ambiguïtés partout. J’évaluais à chaque fois une sorte de distance de sécurité et même si je te trouvais sympathique je faisais toujours méga gaffe à chacun de mes gestes. Mais au fur et à mesure… C’est devenu normal… Habituel et j’ai moins calculé. J’étais moins sur mes gardes. J’ai construit une confiance en toi et c’est bien grâce à ça que je ne craque pas aujourd’hui. Et je … »

Je relevais alors mon visage de son épaule, serrant un peu plus sa main dans la mienne avant de tourner son visage légèrement vers le mien. Mon cœur battait fortement dans ma poitrine.

« Je veux que tu réussisses encore une fois. Je veux que ça devienne naturel d’être proche de toi. Je veux savourer ses moments et le rendre aussi agréable pour toi que pour moi… Mais je n’y arriverais pas sans toi… parce que je n’ai aucune idée de comment … gérer tout ça !»


Je ne pleurais pas. Mais la boule était toujours dans ma gorge et mon cœur battait fortement dans ma poitrine. J’espérais que j’avais réussi à lui faire comprendre que je voulais qu’il soit proche de moi mais que j’avais peur de mon passé. Cependant lui seul arriverais à me faire oublier, j’en étais sûre ! J’eu un léger rire timide en baissant les yeux.

« Là c’est toi qui dois me prendre pour une folle je parie ! »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert

Revenir en haut Aller en bas

Promenade dans les ruelles sombres de Pre-au-lard - Feat: Robert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Promenade dans l'Oise.» Une ruelle sombre» Course poursuite dans les ruelles» Promenade dans les sous-bois» [Scénario] Une promenade dans le jardin
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Era Obscurum : Le Monde des Sorciers ::  :: Le Royaume-Uni :: Pré-au-Lard :: Les Ruelles Sombres-